Génération Écriture - le Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
– 40% sur les SWEATSHIRTS & SWEATS À CAPUCHE
Voir le deal

Partagez
 

 Je suis une "character-killer"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Admin
Admin


Age : 118

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMar 21 Jan - 20:35

Je ne sais pas si c'est le cas de certains d'entre vous, mais j'éprouve toujours le besoin, dans quelle qu'histoire que ce soit, de faire mourir des gens. Souvent, des personnages principaux. Parfois de manière totalement inattendue et BIM, toi t'es mort !
Les gens peuvent me traiter de psychopathe, pourtant, j'aime mes personnages du plus profond de moi. Donc, ça s'apparenterait plutôt à du masochisme ?
Je ne sais pas d'où vient ce "besoin" de le faire. Peut-être de traumatiser mes lecteurs, je ne sais pas ! Je compte le nombre de morts dans les Fleurs, c'est juste une hécatombe ! De toute façon, à la fin du tome II, clair et net, ils sont TOUS morts (ou quasi). Bref, dans TOUTES mes histoires, y a des morts, jamais de happy-end.
Et vous, comment vous fonctionnez là-dessus ? Vous avez déjà tué un perso ? Un personnage principal, de surcroît ? Comment réagissez-vous ? Comment réagissent vos lecteurs ?
Revenir en haut Aller en bas

Tiphs
Tiphs
Illustratrice céleste et briseuse de noix

Humeur : S'hydrater aux male tears

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMar 21 Jan - 20:55

Avant, je les ressuscitais parce que j'avais pas de couilles... mais ça, c'était avant.

Alors je sais pas si ça tient aux thèmes de mes histoires, mais je suis quasiment obligée de tuer des gens pour que ça ne fasse pas décalé. Comme les bisous ont leur place dans une romance, une équipe d'aventurier/de rebelles/de fugitifs ne peut pas rester intacte tout le long.
Par contre je planifie dès le départ qui doit mourir, contrairement à toi. Ca m'évite de trop m'y attacher comme ça Smile


Je suis une "character-killer" Banall10

Blog | Le Chant des voiles | Allunia


- ALLUNIA - T.2 - Corrections -


TERMINÉ



Revenir en haut Aller en bas
https://www.tiphs-art.com/

Aliane Murder
Aliane Murder


Age : 27
Humeur : Ecoeuré par la cruauté humaine.

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMar 21 Jan - 21:48

@Tiphs a écrit:
Par contre je planifie dès le départ qui doit mourir, contrairement à toi. Ca m'évite de trop m'y attacher comme ça

Ouais  mais  bon Tiphs, tu pourrais être  sympa. Et dire  à tes  lecteurs de  pas  s'y attacher  non plus. Non parce que  tuer pile  poil au chapitre  ou je  commence   enfin à l'apprécier, c'est  mal.
Albus Dumbledore  aime  pas  ça  non plus. C'est à causes  des  auteurs  comme  toi que  certains lecteurs finissent  en dépression. Si si.


@Ielenna a écrit:
De toute façon, à la fin du tome II, clair et net, ils sont TOUS morts (ou quasi).
J'ai pas  lu les  Fleurs, sauf  quelques  petits trucs  par  ci par la je  sais  plus  ou. Mais  au moins, maintenant  je  sais qu'il faudra  que  je  m'attache  à personne. Les  morts  peuvent  me faire   arrêter  ma  lecture si je  m'y suis  trop attaché. J'ai faillis  de  jamais  finir  Harry Potter  après  la  mort  d'Albus.


Bref, de mon coter, tout  le  monde  meurs  aussi. Non mais  oui, mais  c'est pas  parce que  je  suis  contre le  fait  que d'autres  auteur  le  fassent  pour  des  raisons  purement  égoïste, que  moi j'ai pas  le  droit  de  le  faire hein. Bon en se  moment  j'évite pour  des  raison scénaristique, mais quand  j'ai commencé  Frontière, y'avait  15 morts par  chapitres. Puis  je  me  suis  calmé. ( J'ai commencé  à écrire  des  nouvelles gores et  sanglantes pour canaliser  mes  pulsions meurtrières. ).

Après  je  sais  pas  pourquoi je  fais  ça. C'est pas  le  genre de  chose  que je  prévois en générale. Je  fais  toujours  un plan assez  précis  pourtant, mais je  prévois  jamais  les  morts. Ça  arrive  comme  ça. Quand  je  sens  que  le  personnage  s'essouffle, qu'il ne  progresse  plus et  qu'il n'est plus  utile. Et c'est pas  vraiment  le  genre  de  chose   qu'on peu prévoir  à l'avance.

Mais  bon, comme  pour  tout  le  monde  ici, y'a  des  persos  qui me  sortent par les yeux  et  que je  rêves  de  tuer  à chaque chapitres. Je  pourrais  écrire  un roman entier  pour  prendre  le  temps de  torturer et  tuer  certain de  mes  personnages. Même  s'ils  sont  super  utiles à l'histoire. Du coup je  le  fais  pas. Ça  me  frustre. C'est atroce. Mais  j'ai trouvé  la  solution. Un recueils de  nouvelles plutôt  courte ( bien planqué  tout  au fond  de  mon PC et  sur  une  clef dissimuler  dans  une  boite  sous  mon lit ) du nom de  "Lettres  aux vivants "  et  qui est en faite tout  pleins  de  nouvelles sur  la  morts  de  mes  personnages. C'est des  gros  Spoiler, alors  je  me  les  gardent, mais  bon dieu ce  que  ça  fait  du bien parfois  d'en tuer  quelque un comme  ça  sans  que  ça  influence  aucune  histoire *-* Un jours, quand  j'aurais  tout  bouclé, je  les  publierais. ^^

J'adore  les  écrire, je  me  sens  grave  puissante en fait. Et  ça  m'aide  beaucoup à garder un minimum de  contrôle  sur  certain de  mes  persos genre " Youhou Golan, t'as  vu ce  qui t'es  arrivé ?  Alors  me  fais  pas  chier sinon je  place  la  nouvelle  dans  le  roman. Nameho ". Bon sur  lui ça  marche  pas. Mais  sur  d'autres  ça  marche  bien. Surtout  sur  mon petit Allan-chou.

Je  pense  pas  que  ça  fasse  de  nous  des  psychopathes  pour  autant. Je  trouve  ça  très  sain d'ailleurs. Ça  nous  évite  surement  de  passer  à l'acte  dans  le  monde  réel. Quand  j'éprouve  l'envie  soudaine  d'égorger ma  petite  soeur, hop, je  vais  égorger  un perso secondaire par  écris. Et ma  petite  soeur  est toujours  vivante. (  j'aurais  pas  du dire  ça. )


Et sinon j'ai pas  de  lecteurs, donc  personnes pour  se  plaindre. Je  me  demande  ce  que  je  trouverais  à dire  si un lecteur  me  demandait  pourquoi j'ai tuer  machin. La  réponse  aurait  surement  rien à voir  avec  l'intrigue  en plus.


Toute influence  est immoral. Influencer quelqu'un, c'est lui donner  son âme.

Lord Henry "Le  Portrait de  Dorian Gray"
Revenir en haut Aller en bas

LorianO
LorianO
Gardienne du poney yaoiste

Age : 30
Localisation : Au premier rang d'un concert
Emploi/loisirs : Groupie
Humeur : I say 39 time that I love you

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMar 21 Jan - 21:50

Alors moi je suis un gros poney plein d'amour. Du coup, quand il y a des morts chez moi, c'est, dans 99%, l'un des deux cas suivants :
1) la personne est morte avant le début de l'histoire (comme ça c'est pas moi qui l'ai tuée et j'ai pas à regarder ça arriver).
2) le mort est un figurant dont on a même pas le nom (ça rend la séparation moins difficile).

Mais bon là dans l'histoire que j'écris je me dis qu'il va falloir des morts parce que sinon ça va pas être crédible du tout et JE SAIS PAS QUI CHOISIR parce que je les aime tous et que voilà j'aime pas tuer des gens et de manière générale j'ai du mal à saisir l'idée de "se battre" et de la guerre et de la violence fin je sais pas c'est des concepts qui m'échappent un peu en fait, alors tuer des gens ?!?!? c'est un peu trop en-dehors de mon système de pensée. MAIS BON. Il va bien falloir le faire. Et c'est terrible.
... Ah tiens je viens de réaliser que en fait j'avais plein de morts dans mon dernier NaNo mais que à chaque fois c'est à cause d'une grosse injustice (ou assimilé) (preuve que j'ai toujours du mal à concevoir la mort et le meurtre gratuit) et puis c'est des persos de nouvelles, pas des gens à qui j'ai vraiment eu le temps de m'attacher (pas moyen de tuer Ben par exemple).

Sinon, UNE FOIS, j'ai tué un personnage important. C'était atroce. C'était pas prévu, ça m'est tombé dessus comme ça et j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps. Et après, y en a qui m'en ont voulu (mais au moins j'ai pas été la seule à pleurer);


Je suis une "character-killer" 3149537046_1_2_GkMp9xla
I'm telling you stories. Trust me.

Je suis une "character-killer" Loriano
Revenir en haut Aller en bas
http://so-take-a-step.skyrock.com

Fiona
Fiona
Libraire vorace spécialisée jeunesse

Age : 29
Localisation : Je dirais bien derrière toi, mais t'es où, toi ?
Emploi/loisirs : Libraire pour le meilleur et pour le pire (mais surtout le meilleur)
Humeur : Fatiguée

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMar 21 Jan - 22:16

@LorianO a écrit:
Alors moi je suis un gros poney plein d'amour.
[...]
j'aime pas tuer des gens et de manière générale j'ai du mal à saisir l'idée de "se battre" et de la guerre et de la violence
Moi aussi tout pareil, tellement que quand y a des gens qui se battent dans un McDo bondé je me mets à pleurer et j'ai envie d'aller m'enfermer dans un placard tout noir. POURTANT, je surkiffe la violence dans les livres. Enfin pas la violence gratuite, mais quand y a pas assez de gens qui meurent, ça me frustre. (Oui, j'ai été détruite par l'adieu à Sirius, mais c'était bien quand même. D'ailleurs, c'était la SEULE mort UTILE et BIEN de Harry Potter. Nan, je compte pas Dumby, j'aime pas ce glucosé du bulbe. Si ça n'avait tenu qu'à moi, je l'aurais laissé mourir dans d'atroces souffrances.)

@Tiphs a écrit:
Par contre je planifie dès le départ qui doit mourir
Pour ce qui est de mes propres histoires, je sais à peu près qui va mourir de manière à peu près précise et assez tôt, comme toi, Tiphs. Par contre, c'est pas histoire de ne pas m'attacher, c'est que c'est... leur rôle. Ouais, c'est leur rôle de mourir, en fait. L'histoire n'aurait pas de substance s'ils ne mouraient pas.

Ils se sacrifient pour la bonne cause, quoi ! =) (mais ça va, ils sont pas si nombreux.)



I wanna tear your life apart
I wanna hear the dawn cracking
I take the bet and choose to feel
Being amazed with little things
Pascal was wrong
Yeah Pascal was wrong
I choose to make or break
Revenir en haut Aller en bas
http://flower-for-christmas.skyrock.com/

Admin
Admin


Age : 118

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMar 21 Jan - 22:29

Ah ouais. Bon, j'avoue, pareil, l'exemple du McDo me parle, par exemple. Pourtant, je me sens grosse batailleuse dans l'âme. Cherchez l'erreur.

Ah non, moi, au début de l'histoire, je ne sais pas DU TOUT qui va mourir. Des fois, c'est sur le moment-même. HOP, toi, tu meurs. Maintenant. Parce que. Ce cas de figure reste exceptionnel, mais c'est arrivé.
Là, genre, il y a quatre heures, j'ai décidé que j'allais tuer un personnage de LMA que je ne comptais pas faire mourir. Mais en fait si. (ça ne sera que le... quoi... 6ème ou 7ème mort dans LMA ?)
En plus, grosse BIATCH que je suis, je m'arrange souvent pour rendre le personnage en question MEGA attachant. Ou alors en plein dans une histoire d'amour MEGA ROMANTIQUE, mais NOOOON, t'en auras un des deux qui mourra avant. BWAHAHAHAHA.

Ah, pour moi, ce ne sont pas des meurtres gratuits ! Du moins pas toujours ! Des fois, c'est juste du pas de bol !
Par rapport aux Fleurs:
 
Et je suis à fond sur les sacrifices, aussi.

Après, ça ne m'empêche pas d'en pleurer ou de faire des épisodes dépressifs. Lalalalala !  :tare:
Revenir en haut Aller en bas

Sumi B.
Sumi B.
Prêtresse du réalisme

Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi/loisirs : En recherche d'emploi, les pieds dans l'eau
Humeur : Jamais satisfaite

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMar 21 Jan - 22:46

Moi je ne pleure jamais la mort d'un de mes personnages What a Face Mais je les aime quand même.
J'aime bien quand y'a des morts surprenantes, qu'on ne s'y attend pas du tout (et je suis une grosse sadique parce que j'aimerais finir toutes les histoires comme ça mais dans la réalité ça me plairait pas, même si j'ai jamais pleuré devant un livre). Je prévoie aussi toujours au départ, ce qui m'aide à peut-être m'en détacher. Après dans chaque histoire, il n'y a pas trop de morts tout de même, c'est généralement d genre "réaliste" donc on va dire entre un et trois morts à chaque histoire. Un, c'est presque systématique (sauf dans une ! ou y'a pas vraiment d'amour non plus, MIRACLE).


Je suis une "character-killer" Eternue-dans-ton-coude
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous
Invité


Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMar 21 Jan - 23:14

@LorianO a écrit:
j'aime pas tuer des gens
Moi aussi, en général, je préfère éviter. Mais des fois, le gosse qui traverse sans regarder et je suis pas de bonne humeur, je lui roule dessus 🐘 

Ce n'est pas tout le temps le cas, mais ça arrive que je tue des personnages. Cependant, ce n'est pas la pire chose qui leur puisse arriver, j'aurais même plutôt tendance à dire que ceux qui meurent sont les mieux lotis. Quand j'enfile ma casquette d'écrivain, je deviens quelqu'un de presqu'amoral, le tabou n'existe pluss (ou en tout cas, j'en ai l'impression), donc je me permets tous les excès.
Ce n'est pas vrai quand je suis lecteur (y compris de mes propres textes), donc quand je me relis (je ne compte pas la phase de correction, seulement quand je me relis comme ça), je peux être touché par les morts ou tortures de mes personnages. J'ai cependant un gros détachement sur mes oeuvres qui fait que je ne vais pas être aussi bouleversé que lorsque je lis le texte de quelqu'un d'autre.
En fait, je n'envisage pas mes personnages hors de l'histoire, c'est leur moment de gloire éphémère, ensuite ils disparaissent ou ne m'appartiennent plus. Alors la mort ou les violences qu'ils infligent ou subissent sont leur façon de s'exprimer, ils laissent leur empreinte au fer rouge. La mort est souvent la meilleure façon pour eux de briller et de toute façon, pour moi, dès que j'ai écrit les dernières lignes d'une histoire, les personnages sont morts dans mon esprit.
En y réfléchissant, c'est aussi peut-être une façon d'exprimer une violence sous-jacente qui me ronge. Je suis quelqu'un de très sensible dans la vie courante et j'ai toujours ce vague sentiment que ma vie se construit au détriment de plein d'autres. Je pense que ce sentiment n'est pas complètement infondé, mais ça a besoin de sortir et d'être rationalisé. Je crois que c'est pour ça que j'ai besoin de plonger les doigts dans la merde et de la mettre sous le nez des gens, j'ai envie que le propos soit dur et que ça se sente pour ne pas qu'on l'oublie. Mes personnages sont presque tous des gros nuls ou des gens sur qui personne n'aurait parié et c'est leur façon de s'exprimer. J'écris sur des prostitués, des junkies, des psychopathes, des moches, des obèses, des mutilés (j'adore les cicatrices). Leur destin n'est donc logiquement pas très rose, un ultime crachat à la face du monde, je leur dois bien ça.


Dernière édition par groskrox le Mar 21 Jan - 23:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Anda
Anda
Ancienne pyromane reconvertie dans la médecine


Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMar 21 Jan - 23:16

@LorianO a écrit:
Mais bon là dans l'histoire que j'écris je me dis qu'il va falloir des morts parce que sinon ça va pas être crédible du tout et JE SAIS PAS QUI CHOISIR parce que je les aime tous et que voilà
SAM ! *se fait abattre par une armada de winchester* (la carabine, pas les frères sexy)
Non je déconne, hein.

@LorianO a écrit:
... Ah tiens je viens de réaliser que en fait j'avais plein de morts dans mon dernier NaNo mais que à chaque fois c'est à cause d'une grosse injustice (ou assimilé) (preuve que j'ai toujours du mal à concevoir la mort et le meurtre gratuit) et puis c'est des persos de nouvelles, pas des gens à qui j'ai vraiment eu le temps de m'attacher (pas moyen de tuer Ben par exemple).
Spoiler:
 


@Aliane Murder a écrit:
Mais  bon, comme  pour  tout  le  monde  ici, y'a  des  persos  qui me  sortent par les yeux  et  que je  rêves  de  tuer  à chaque chapitres. Je  pourrais  écrire  un roman entier  pour  prendre  le  temps de  torturer et  tuer  certain de  mes  personnages. Même  s'ils  sont  super  utiles à l'histoire. Du coup je  le  fais  pas. Ça  me  frustre. C'est atroce.
C'est marrant, moi c'est plutôt l'inverse. Ce sont les personnages que j'aime le plus qui prennent le plus cher et finissent généralement par mourir de façon pitoyable (c'est facile de les reconnaître, comme ça). De la même manière, dans mes lectures, un mort m'impactera beaucoup plus si c'était un personnage que j'aimais bien que si c'en était un que je détestais (autant je vais pleurer quand je l'aimais bien, autant je vais pas plus jubiler que ça quand c'était pas le cas...) J'ai une théorie pour ça, je pense pas vraiment que ce soit du masochisme, à mon avis ça vient plus du fait qu'on écrit / lit pour ressentir des émotions SURPUISSANTES et hors du commun (enfin, pour moi en tous cas, même si c'est pas la seule raison qui me pousse à écrire) et que quoi de plus poignant que quelqu'un à qui tu t'étais attaché qui meurt devant tes yeux, mais sans la dimension douloureuse / destructrice qui accompagne le décès d'une vraie personne, d'un proche. (vous offusquez pas, j'ai l'impression de m'exprimer comme un pied et de parler comme une sans coeur, là, mais c'est pas le cas). Et y a aussi sûrement une dimension cathartique.

Bon, après, ptet que je suis aussi maso, j'aime bien pleurer devant mon clavier. (non mais aussi c'est tellement BEAU et PUISSANT que j'en suis toute émue).
Revenir en haut Aller en bas
http://inkstone.skyrock.com

Maderose
Maderose
Déesse de l'Apocalypse

Age : 26
Localisation : A la supérette du coin, avec Rauxan... on stalke Charlie-le-caissier-mignon.
Emploi/loisirs : Ecriturienne obsessive et bibliothécaire sous plexiglas.
Humeur : ineffable.

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMer 22 Jan - 0:14

@Ielenna a écrit:
Là, genre, il y a quatre heures, j'ai décidé que j'allais tuer un personnage de LMA que je ne comptais pas faire mourir. Mais en fait si. (ça ne sera que le... quoi... 6ème ou 7ème mort dans LMA ?)
TU CHERCHES MA PERTE ! AVOUE ! (il faut que j'apprenne à prendre les choses moins à coeur...)

Sinon, en rapport avec le sujet : j'aime les psychopathes tueurs. Mais quand ce sont les miens. Je les utilise pour tuer des gens comme ça je me sens un peu moins coupable. Genre mais c'est pas moi, c'est lui ! *pointe un doigt accusateur*
Sinon, oui, j'aime bien tuer des gens.  Dans les histoires, hein. Ça évacue ma violence personnelle. Ça évite que je devienne une boule de nerf. Bon, aussi, je trouve ça kiffant. Je me sens puissante et invincible.
J'essaye de planifier qui va mourir et qui ne va pas mourir. Sauf que, souvent, ils sont plus tenaces que prévus et ils ne veulent pas mourir. Ces petits cons. Et du coup c'est frustrant parce que ça bousille tout mon dénouement. Il y en a qui meurent alors qu'ils ne devraient pas aussi. Mais c'est plus rare quand même.


NaNoWriMo 2020
0 / 50 000

Je suis une "character-killer" Bg9k

???? Ananas & Bicyclettes ― Avis culturels, ressources d'écriture et bibliothèque d'écrits.
Revenir en haut Aller en bas
http://ananas-bicyclettes.wixsite.com/accueil

Aliane Murder
Aliane Murder


Age : 27
Humeur : Ecoeuré par la cruauté humaine.

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMer 22 Jan - 1:13

@Maderose a écrit:
Sauf que, souvent, ils sont plus tenaces que prévus et ils ne veulent pas mourir. Ces petits cons. Et du coup c'est frustrant parce que ça bousille tout mon dénouement.

Oh, toi aussi il te téléphone des enfer pour te dire " Débile va. Tu m'a tué, mais la avous, y'a que moi pour intervenir et sauver ton roman. Aller retourne 6 chapitres plus loin et modifie moi tout ça. "
Non parce que moi c'est souvent aussi. ( Dans le genre increvable, je demande cette salop* de Carrys. Un jour je réussirais à tuer cette teigne ! ).

Sinon y'a aussi l'option " Quoi ? Tu veux me tuer ? Mais pourtant, on s'aime bien. Regarde, y'a pas 2 chapitres, on s'est roulé dans l'herbe ensemble. Laisse moi vivre encore un peu. Promis, tu ne le regretera pas." Et moi je suis la : Bon ok, va pour 1 chapitre de plus. On est plus à ça pres.

Sauf que c'est justement LE mort supra important. Parce que si il meur pas, bah l'héroïne ne sera pas conditionné pour faire certaines choses qui feront qu'elles découvrira d'autres choses qui seront juste indispenssable pour le dénouement final. Tout ça parce que le condamné à mort me fait du pied sous la table et que je craque. ( Sloan bonjour, moi aussi je pense à toi. u_u )


Toute influence  est immoral. Influencer quelqu'un, c'est lui donner  son âme.

Lord Henry "Le  Portrait de  Dorian Gray"
Revenir en haut Aller en bas

Loreleï
Loreleï
Voyageuse de l'extrême

Age : 26
Localisation : France
Emploi/loisirs : Autrice - Rédactrice
Humeur : Sur les starting-block !

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMer 22 Jan - 9:01

Il n'y a pas eu beaucoup de mort dans mes histoires (enfin, cela reste relatif  Je suis une "character-killer" 3453322768 ) mais quand je décide d'en tuer un je ne reviens jamais sur ma décision.
Je trouve que dans certains cas, les morts sont nécessaires, personnellement je trouverai pas ça crédible d'envoyer une ribambelle de perso à la guerre et qu'ils s'en sortent tous indemnes.


Je suis une "character-killer" 7pqv10
NaNoWriMo 2019 : Laulorelei - Projet : Ce qu'il nous reste (roman contemporain)
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdessousdelaplume.fr/

Invité
Anonymous
Invité


Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMer 22 Jan - 9:18

Bonjour, je m'appelle Daisho et j'ai un problème. *Bonjour Daishoooo!* Je suis une céréale-killeuse de personnages.


C'est peut-être parce que j'écris de l'historique et que je veux être réalistes, mais chez moi, c'est généralement l'hécatombe. Prenons les Larmes: première partie: 7 morts plus un nombre indéterminé de personnes massacrées dans la prise d'un château, deuxième partie: 4 morts et un nombre indéterminé de macchabées sur le champ de bataille. Bon, avouons-le, le Japon au XVIIème c'est aussi assez propice aux morts en tous genres! Mais dans mes construction d'histoire cela reste une constante, il y a pas mal de morts, tous déterminés dès l'édification du plan. Je n'ai encore jamais décidé à la dernière minute de tuer un personnage, je le fais parce que cela fait partie de l'histoire. C'est assez souvent, aussi une manière de transcender mes personnages. Dans la mort, ils trouvent une aura différente. Je ne sais pas vraiment comment expliquer, mais prenons les Misérables d'Hugo à titre d'exemple: Gavroche aurait-il la même force, le même symbolisme si finalement aucune balle ne le touchait et qu'il achevait sa chanson bien à l'abri de la barricade? L'Ophélie de Shakespeare serait-elle aussi envoûtante si elle ne se noyait pas dans sa folie en allant chercher des fleurs? Et Roméo et Juliette ou Hernani et Dona Sol, trouverait-on autant de force en leur amour s'ils ne mourraient pas pour lui?
De part les conditions de leur mort, je trouve en général le moyen, de les mettre plus à nus, de les dévoiler pleinement dans leurs croyances, leurs combats, leurs sentiments. Donc généralement, ils meurent pour une bonne raison et cela vient les sublimer que ce soit dans leur horreur ou dans leur noblesse.
Revenir en haut Aller en bas

Loreleï
Loreleï
Voyageuse de l'extrême

Age : 26
Localisation : France
Emploi/loisirs : Autrice - Rédactrice
Humeur : Sur les starting-block !

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMer 22 Jan - 9:43

Je suis tout à fait d'accord avec toi Daisho, ça permet de donner une force nouvelle à l'histoire, à condition bien sûr de choisir le moment propice et que tout les perso ne tombent pas comme des mouches juste pour donner un côté tragique. Après le problème quand on fait mourir des perso c'est qu'il faut en recruter d'autres   What a Face 

Et certaines histoires, de part leur contexte, se prêtent plus à faire mourir des perso   cheers  (sadique)


Je suis une "character-killer" 7pqv10
NaNoWriMo 2019 : Laulorelei - Projet : Ce qu'il nous reste (roman contemporain)
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdessousdelaplume.fr/

Invité
Anonymous
Invité


Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMer 22 Jan - 12:40

Citation :
C'est assez souvent, aussi une manière de transcender mes personnages. Dans la mort, ils trouvent une aura différente. Je ne sais pas vraiment comment expliquer, mais prenons les Misérables d'Hugo à titre d'exemple: Gavroche aurait-il la même force, le même symbolisme si finalement aucune balle ne le touchait et qu'il achevait sa chanson bien à l'abri de la barricade? L'Ophélie de Shakespeare serait-elle aussi envoûtante si elle ne se noyait pas dans sa folie en allant chercher des fleurs? Et Roméo et Juliette ou Hernani et Dona Sol, trouverait-on autant de force en leur amour s'ils ne mourraient pas pour lui?
De part les conditions de leur mort, je trouve en général le moyen, de les mettre plus à nus, de les dévoiler pleinement dans leurs croyances, leurs combats, leurs sentiments. Donc généralement, ils meurent pour une bonne raison et cela vient les sublimer que ce soit dans leur horreur ou dans leur noblesse.
Toutafé.

Personnellement, je suis une tueuse modérée, le genre auteur-sniper. Parce que je vise les personnages dont la mort sera la plus regrettable, celle qui aura le plus de répercussion. J'attends leur apogée, le moment le plus parfait, et je tire entre deux battements cœur (et après je chiale dans le noir recroquevillée sur mon piano). Du coup, il y a moins de cadavres, mais ils ont plus d'importance. Je n'envisage pas trop la mort au hasard, il y a toujours une raison, un effet derrière, la mort veut toujours dire/montrer quelque chose. Donc je les prévois. Et pareil, quelqu'un à dit se déculpabiliser sur les personnages tueurs, je me déculpabilise pour la plupart des morts vu que je travaille beaucoup la relation entre l'assassin et sa victime (et parfois la victime est tellement badass qu'il devient le bourreau de son assassin par voie d'outre-tombe).

Après, y a beaucoup de morts pour une autre raison : le temps passe. Donc là, à la limite, moi j'y peux rien hein.
Revenir en haut Aller en bas

Mio
Mio
Adoratrice des chauves baraqués

Age : 30
Localisation : Néant
Emploi/loisirs : Créatrice de personnages en roue libre
Humeur : facétieuse

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMer 22 Jan - 12:45

Je suis un peu une character-killer repentie. (oui je sais, le mot "repentie" peut paraître une vaste blague mais si, si, je me suis calmée, je vous assure, ça pourrait être pire).

Lorelei a écrit:
Je suis tout à fait d'accord avec toi Daisho, ça permet de donner une force nouvelle à l'histoire, à condition bien sûr de choisir le moment propice et que tout les perso ne tombent pas comme des mouches juste pour donner un côté tragique.

Exactement. Ça, c'est moi avant. Plein de personnages qui meurent, sans réelle signification, sans réel impact sur l'intrigue, juste parce que bon voilà, je sais pas, les morts c'est la tristesse facile, ou c'est trash, qu'importe.
Tant qu'on y est à confesser nos vices passés, j'avais un peu créé Viva Las Vegas pour ça. En partie, mais quand même un peu. D'ailleurs, j'avais à peine dressé la liste finale des personnages, que j'avais mis des petites croix en face de ceux qui allaient mourir.
Quand je regarde maintenant, pour une histoire de mafia, il y a un taux de décès reeeelaaativement bas (cht j'ai dit reeeelaaaativement). En particulier dans les personnages principaux. Justement parce que je n'ai plus envie d'utiliser ce raccourci à longueur de temps, qu'il y a des tas d'autres destins, y compris malheureux, à donner à ses personnages. Parce que je ne veux pas que ça soit gratuit, et donc finalement ça réduit le nombre de victimes.

Un peu.

Lorelei a écrit:
Après le problème quand on fait mourir des perso c'est qu'il faut en recruter d'autres   What a Face 

Sauf quand tu as 40 personnages dès le début HÉHÉ. Comme quoi c'est utile, des fois.


Mais bref, moi aussi je suis totalement d'accord avec toi, Daisho. D'ailleurs, il arrive assez souvent que les personnages qui meurent chez moi soient des losers, des minables, qui trouvent une noblesse toute nouvelle dans la mort.
Bon sinon tu as à peu près tout dit de ce que je pensais, merci.


Je suis une "character-killer" Mio_030

"Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît."
Revenir en haut Aller en bas

Admin
Admin


Age : 118

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMer 22 Jan - 12:52

Oui, pareil que les autres en fait, je suis tout à fait d'accord avec ton post, Daisho.  :pouce: 
Revenir en haut Aller en bas

Loreleï
Loreleï
Voyageuse de l'extrême

Age : 26
Localisation : France
Emploi/loisirs : Autrice - Rédactrice
Humeur : Sur les starting-block !

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMer 22 Jan - 14:08

@Mio a écrit:
Sauf quand tu as 40 personnages dès le début HÉHÉ. Comme quoi c'est utile, des fois.

C'est mon soucis, j'ai pas assez de perso, du coup faut que je fasse attention à pas tomber en pénurie  What a Face 


Je suis une "character-killer" 7pqv10
NaNoWriMo 2019 : Laulorelei - Projet : Ce qu'il nous reste (roman contemporain)
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdessousdelaplume.fr/

Matt'
Matt'
Grande amie des MOOSE MOOSE

Age : 23

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMer 22 Jan - 17:25

Pour ma part, je n'aime pas tuer mes personnages. Des fois, je me dis que faut que j'en tue un ou deux pour faire plus réaliste. Et puis forcément je sais jamais lequel choisir. J'ai du mal à prévoir à l'avance, parce que du coup j'écris l'histoire d'un personnage dont je sais qu'il est condamné, et je n'aime pas ça du tout. Par contre, je sais pas vous mais voilà, y'a des personnages, qui, pour moi, sont des proies qui semblent plus logiques que d'autre. Genre untel, hop, tu vas décider qu'il va mourir, mais c'est prévisible. Par exemple dans Harry Potter, ça se sentait à trois mille kilomètres que Sirius, Dumbledore et Lupin allaient mourir (en fait tout se sentait à trois mille kilomètres  Je suis une "character-killer" 2869400295 ) Mais je sais pas, y'a des personnages un peu prédestinés, je trouve, enfin en tout cas, dans certaines histoires, en créant mes personnages je me dis toujours "ah tiens lui il pourrait mourir", après je vois en fonction de l'évolution de l'histoire, si il va réellement mourir ou pas (ou si ça me fend trop le coeur.)
La manière dont je réagis par rapport à la mort de mes persos varie. Parfois, c'est nécessaire et me semblait logique, du coup je ne le pleure pas trop longtemps. Et puis d'autres fois, c'est insupportable. D'une manière générale, je pense que je ne suis pas une psychopathe, et le pire reste encore de torturer ses personnages (il y en a une qui disait au-dessus, je sais plus qui, qu'elle adorait torturer ses persos.) Déjà, j'ai un sérieux problème avec la torture (traumatisme d'enfance)(non je n'ai jamais été torturée, mais voilà, j'ai peuuuuur de la torture, je supporte pas). Et puis je ne peux décemment pas faire souffrir mes personnages trop longtemps. Je sais pas. Pour moi c'est un peu comme des parts de moi (oui je sais c'est étrange) et je n'aime pas leur faire du mal, alors qu'ils ne m'ont rien fait. Certes pour les besoins de l'histoire, c'est parfois nécessaire. Mais je ne tomberais jamais dans les histoires genre GoT, avec des pluies de morts, qui meurent de différentes façons toutes plus horribles les unes que les autres. J'ai pourtant des héros meurtriers, mais je n'aime pas la violence (si si). Et même tuer mes méchants/antagonistes ne me réjouit pas donc bon... Je suis une bisounours (mais pas trop non plus).


:lamantin: Parce que voilà, nous sommes tous des lamantins !
Revenir en haut Aller en bas

Fiona
Fiona
Libraire vorace spécialisée jeunesse

Age : 29
Localisation : Je dirais bien derrière toi, mais t'es où, toi ?
Emploi/loisirs : Libraire pour le meilleur et pour le pire (mais surtout le meilleur)
Humeur : Fatiguée

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMer 22 Jan - 17:36

@Matt' a écrit:
Par exemple dans Harry Potter, ça se sentait à trois mille kilomètres que Sirius, Dumbledore et Lupin allaient mourir (en fait tout se sentait à trois mille kilomètres  Je suis une "character-killer" 2869400295 )
Lol mais tellement !! Mais surtout les morts étaient hyper mal gérées, à part celles de Sirius et Dumbledore (et éventuellement Dobby, aussi.) Celles de Remus et Tonks particulièrement. Mais c'te blague, p'tain ! (Je déterre régulièrement mon tome 7 pour pouvoir le re-brûler, re-cracher dessus et le remettre sous trois mètres de terre.)
Bref, c'est bien mignon de faire mourir n'importe qui, faut juste pas le faire n'importe comment, quoi =) (Du coup Daisho je suis tout à fait d'accord avec ton discours. Et en plus tu exprimes tes idées correctement de façon claire et précise. Sale procureur. Laughing )



I wanna tear your life apart
I wanna hear the dawn cracking
I take the bet and choose to feel
Being amazed with little things
Pascal was wrong
Yeah Pascal was wrong
I choose to make or break
Revenir en haut Aller en bas
http://flower-for-christmas.skyrock.com/

Loreleï
Loreleï
Voyageuse de l'extrême

Age : 26
Localisation : France
Emploi/loisirs : Autrice - Rédactrice
Humeur : Sur les starting-block !

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeMer 22 Jan - 19:11

@Fiona a écrit:
surtout les morts étaient hyper mal gérées, à part celles de Sirius et Dumbledore (et éventuellement Dobby, aussi.) Celles de Remus et Tonks particulièrement. Mais c'te blague, p'tain

Oui dans le cas d'Harry Potter ces morts là sont clairement provoquées pour faire pleurer, limite on a l'impression qu'elle a pioché dans un chapeau le nom de perso "cute" et du coup bah ça perd toute potentiel narratif  :cartonrouge: 


Je suis une "character-killer" 7pqv10
NaNoWriMo 2019 : Laulorelei - Projet : Ce qu'il nous reste (roman contemporain)
Revenir en haut Aller en bas
http://lesdessousdelaplume.fr/

Isaline
Isaline


Age : 31
Localisation : Belfort
Emploi/loisirs : Professeur des écoles
Humeur : Enjoué (youpi ! )

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeJeu 23 Jan - 8:54

Ah ben moi aussi.
Tiphs, qui a lu les Larmes des Fées, peut le confirmer : j'aime faire mourir tout le monde. Je ne sais pas d'ou ça vient, et c'est récurrent, dans mon dernier roman, c'est la même chose, et dans celui que je viens de commencer, j'ai déja prévu de faire mourir un personnage, assez principal. Je ne sais pas pourquoi...Peut-être apprécier pouvoir contrôler les choses jusqu'au bout ? Ou simplement envie de surprendre ?
Revenir en haut Aller en bas
http://isalinearcis.blogspot.fr/

LorianO
LorianO
Gardienne du poney yaoiste

Age : 30
Localisation : Au premier rang d'un concert
Emploi/loisirs : Groupie
Humeur : I say 39 time that I love you

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeJeu 23 Jan - 22:28

bon voilà à cause de ce sujet j'ai décidé de tuer un de mes personnages. ça arrivera pas avant au moins vingt chapitres et j'en pleure déjà.


Je suis une "character-killer" 3149537046_1_2_GkMp9xla
I'm telling you stories. Trust me.

Je suis une "character-killer" Loriano
Revenir en haut Aller en bas
http://so-take-a-step.skyrock.com

Fiona
Fiona
Libraire vorace spécialisée jeunesse

Age : 29
Localisation : Je dirais bien derrière toi, mais t'es où, toi ?
Emploi/loisirs : Libraire pour le meilleur et pour le pire (mais surtout le meilleur)
Humeur : Fatiguée

Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeJeu 23 Jan - 23:00

Azy spoile-moi par MP ! J'adooooore les spoils ! =)



I wanna tear your life apart
I wanna hear the dawn cracking
I take the bet and choose to feel
Being amazed with little things
Pascal was wrong
Yeah Pascal was wrong
I choose to make or break
Revenir en haut Aller en bas
http://flower-for-christmas.skyrock.com/

Anda
Anda
Ancienne pyromane reconvertie dans la médecine


Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitimeVen 24 Jan - 16:09

Ça va être notre faute en plus... (qui c'est qui a commencé ce sujet ? Ienny !!! C'est ta faute !  Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
http://inkstone.skyrock.com

Contenu sponsorisé




Je suis une "character-killer" Empty
MessageSujet: Re: Je suis une "character-killer"   Je suis une "character-killer" I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Je suis une "character-killer"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [MU] The Killer Inside Me [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Génération Écriture - le Forum :: Archives-